A toi. Oui toi là. Toi qui lis ce texte. Toi qui as eu le courage de l’ouvrir. Maintenant que tu as débuté cette démarche, je t’en conjure ne t’arrête plus. Vas jusqu’au bout, et j’espère qu’à la fin, tu te sentiras mieux. En tous les cas, sache que c’est avec toute la bienveillance possible que je t’écris, et que je te transmets ce petit mot.

Tu ne comprends pas hein ? Pourquoi tant de haine ? Tant de moqueries ? Tant de méchanceté ? Et pourquoi finalement, tant de violence, qu’elle soit physique ou verbale t’est adressée ? Pourquoi chaque jour te paraît insurmontable ? Pourquoi chaque jour ces rires résonnent un peu plus ? Pourquoi ces mots font si mal ? Et bien ne t’inquiète plus, je vais te l’expliquer. Avec mes mots, mon cœur, parce qu’il y a quelques années encore, à ta place je me situais.

Tu es victime, victime d’un horrible fléau, qui porte comme innommable nom « harcèlement scolaire ». Non, ce n’est pas une maladie, ou un virus. C’est un fait, et en aucun cas c’est un fait dont tu es responsable. C’est la première chose dont tu dois être certaine. Tu es victime de la bêtise des autres, qui font de l’injustice, de la méchanceté, et parfois même de la cruauté leur choix. Ce n’est pas le tien, et en aucun cas ça ne l’est.

Cependant : tu peux prendre part à cette horreur, et te battre en dénonçant ses actes. Ce ne sera pas facile, loin de là. Mais le résultat final, crois le sera bien plus beau. Et tu as le droit de dénoncer. Tu sais pourquoi ? Car au-dessus de la loi du silence, de la loi de ton collège, de ton école ou de ton lycée, de ces petits morveux baveux qui t’en font voir de toutes les couleurs, prévôt une loi. Une seule et unique loi : la loi de la société, et elle est là pour te protéger, pour t’aider, et t’épauler dans ce combat contre ceux qui ont voulu te faire du mal.

Alors ne reste pas seul. C’est difficile à dire, à mettre en place : mais il faut que tu dénonces chaque acte contre lequel tu n’es pas d’accord. Que ce soit une moquerie, que ce soit un geste, que ce soit une photographie. Tout ce qui ne dépend pas de ta volonté, et avec lequel tu n’es pas d’accord : tu dois te plaindre, et tu as le droit de recevoir de l’aide. Tu n’as pas à avoir honte, ou peur. Tout ce qui t’a été infligé, et ce contre quoi tu n’étais pas d’accord se doit d’être punis.

Le harcèlement scolaire est puni. Et la vie en dehors c’est possible : tu as le droit d’avoir des amis, une famille, et il existe des personnes qui t’entoureront, et qui te soutiendront. Alors ne tombe pas dans la loi du silence : parle, et je fais la promesse que ta vie pourra alors changer. Que chaque jour tu iras à l’école sourire aux lèvres, que résonneront des rires doux et agréables, et que tu auras des souvenirs merveilleux de tes années scolaires. Prends ton courage à deux mains, et appuies toi sur les personnes bienveillantes pour faire de ce qui peut s’avérer un cauchemar : un véritable rêve, pour que tu puisses exister librement, en bien être avec toi-même.

Tu as le droit d’être libre, d’être respecté et d’être heureux. Il y aura des gens pour te soutenir. Ne reste pas seul. Courage. Si tu parles, tu seras beaucoup plus fort que ceux qui te font du mal, car eux finalement appuient sur leur force sur le silence. Toi tu peux parler : alors tu es plus fort. Et n’oublie jamais, que même caché : la loi de la société est là pour te protéger, au-delà de toute autre loi, et surtout au-delà de cette loi vicieuse et destructrice qu’est la loi du silence.

Tu as le droit d’aller à l’école sereinement, en paix. D’étudier et d’apprendre. D’avoir des amis, et de bons moments. Ne laisse personne d’ôter une volonté inaliénable qui est la volonté de vivre, d’avoir envie de vivre et d’exister. Personne n’a le droit, sous aucun prétexte de t’enlever cette motivation de vivre la vie qui t’est offerte.

Publicités